Question/Réponse 14 : l’alimentation pendant une période sans entraînement

Dans cette série « Question/Réponse », je réponds dans chaque article à une ou plusieurs questions traitant d’un même thème. Parmi les questions que l’on me pose sur mon blog, par e-mail ou encore lors de séances de coaching, je choisis des questions qui me semblent intéressantes mais également celles qui reviennent fréquemment.
Cette série d’articles me permet d’apporter des réponses claires et complètes à des questions qui me sont posées, et également de partager mes réponses au travers de ces articles, de façon à en faire profiter d’autres personnes pouvant se poser les mêmes questions.

La question qui m’a été posée

« Faut-il adapter son alimentation lorsque l’on ne peut pas s’entraîner pendant plusieurs jours (pour cause de blessure par exemple) ?
Qu’arrive-t-il si on arrête de consommer des protéines en poudre pendant cette période ? La masse musculaire peut-elle se transformer en graisse ? »

Nutrition

Ma réponse

La gestion d’une période d’arrêt dépend de plusieurs facteurs, comme le niveau du pratiquant, le type de blessure, et surtout la durée de l’arrêt. C’est évidemment différent s’il s’agit seulement de quelques jours sans entraînement ou de plusieurs semaines.

Dans le cas d’un arrêt de quelques jours (une semaine par exemple), il n’est pas vraiment indispensable de modifier son alimentation. Un délai aussi court ne suffit généralement pas à perdre du muscle et/ou à prendre de la masse grasse de façon considérable.
Pour les personnes étant au régime ou ayant facilement tendance à prendre de la masse grasse, on peut tout de même diminuer un peu l’apport calorique si nécessaire.

Dans le cas d’une période plus longue sans entraînement, il est souvent utile d’adapter l’alimentation à cette situation particulière. L’activité physique étant réduite, voire supprimée, la dépense énergétique quotidienne est moindre. On peut donc envisager de diminuer l’apport calorique pour compenser le manque d’activité. Les modifications apportées au plan alimentaire doivent être personnalisées et adaptées au cas par cas, mais de façon générale c’est souvent la quantité de glucides qui est diminuée en priorité.

Ce n’est pas le fait d’arrêter de consommer des protéines en poudre qui peut être problématique, c’est surtout le fait de réduire l’apport quotidien en protéines. Qu’il s’agisse de réduire la quantité de protéines en poudre, de viande, de poisson, etc, cela revient à peu près au même : dans tous les cas l’apport en protéines est diminué.
La masse musculaire ne se transforme pas en graisse, il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir à ce sujet. Par contre il est évidemment possible de perdre de la masse musculaire si l’on arrête de s’entraîner et/ou si l’on mange moins. Et il est également possible de prendre de la masse grasse en parallèle, si l’on arrête par exemple l’activité physique tout en continuant à manger autant.

Cette entrée a été publiée dans Diététique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *