Régime : 10 idées reçues et erreurs à éviter (1ère partie)

Chaque année, des milliers de personnes se lancent dans un régime, et particulièrement à l’approche de l’été. Si la plupart de ces régimes échouent, c’est en grande partie à cause des idées reçues. En effet, en ce qui concerne la perte de poids, on lit souvent tout et son contraire dans les médias, et ce n’est pas toujours évident de distinguer le vrai du faux.

Voici 10 idées reçues et erreurs à éviter :

1 – Se peser tous les jours (voir plusieurs fois par jour)

Le poids d’un individu n’est pas fixe, il varie au cours de la journée, mais également au cours de la semaine ou du mois. Il est tout à fait normal de constater des variations de plusieurs kilogrammes en seulement 24 heures. Ce phénomène peut avoir de nombreux facteurs et causes, en voici quelques exemples :

  • le moment où vous vous pesez : à jeun le matin ou en journée après un repas, avant ou après une séance de sport (on perd beaucoup d’eau et donc de poids en transpirant)
  • les variations hormonales (cycle menstruel, ménopause, etc)
  • la quantité et/ou le type d’alimentation ingérée pendant les heures précédant la pesée (par exemple, une alimentation salée favorisera la rétention d’eau)

Les différences de poids que vous constatez sur la balance sont souvent dues aux variations de la quantité d’eau dans l’organisme. En effet, l’eau représente en général plus de 60% de la masse totale d’un individu (plus de 42kg pour une personne pesant 70kg)

En résumé : Le poids n’est pas un indicateur vraiment fiable et précis. Il n’y a donc aucune raison de paniquer si vous découvrez en vous pesant que vous faites 1 ou 2kg de plus qu’il y a quelques jours.
On ne prend pas 2kg de graisse en si peu de temps, c’est impossible, de la même manière que l’on ne perd pas 2kg de graisse aussi rapidement (voir point n°3).

2 – Réduire son apport calorique de manière drastique du jour au lendemain

Ce genre de comportement va etre perçu par votre organisme comme une famine. Le manque soudain de nourriture va mettre votre corps dans un état d’alerte, et il va tout faire pour vous faire abandonner au plus vite cette « famine volontaire ».

Face à cette pénurie énergétique, le corps va tenter de réduire au maximum ses dépenses (en restreignant par exemple l’activité thyroïdienne pour réduire la température corporelle), on parle alors de diminution du métabolisme.

On remarque également d’autres conséquences comme l’augmentation de l’appétit, la fatigue et l’irritabilité, une perte de masse maigre, etc.

La restriction calorique peut également avoir des risques sur la santé, et si l’organisme lutte autant contre celle-ci, c’est parce qu’il le sait bien et qu’il cherche à se protéger. Voici quelques-uns des principaux problèmes que l’on peut rencontrer : déséquilibres nutritionnels, troubles digestifs, déshydratation, problèmes rénaux, affaiblissement du système immunitaire, perte de masse musculaire et osseuse, troubles cardio-vasculaires, etc

En résumé : Lors d’un régime, il faut bien sur réduire son apport calorique, mais attention à la manière dont vous le faites. Plus la restriction calorique sera importante et soudaine, plus votre organisme va se mettre rapidement en état d’alerte, et plus l’apparition des « symptômes » décrits ci-dessus risque de survenir tôt dans votre régime.

3 – Le sport fait maigrir

« J’ai pris beaucoup de poids, il faut que je me mette au sport », ce type de phrase revient régulièrement, et encore plus à l’approche de l’été. Le rôle tenu par l’activité physique dans la perte de poids est très souvent surestimé.

Avant tout, il est important de comprendre pourquoi vous prenez du poids : si votre apport énergétique journalier (AEJ) est supérieur à votre dépense énergétique journalière (DEJ), vous allez grossir.
Intéressons nous maintenant au rôle du sport dans la perte de poids :
En pratiquant une activité, vous allez brûler des calories et donc dépenser de l’énergie. Cela va avoir pour effet d’augmenter votre DEJ. Mais si à la fin de la journée votre AEJ est encore supérieur à votre DEJ, cela ne vous empêchera pas de prendre du poids, c’est mathématique…

Un dernier point important à connaitre est que l’activité physique ne brûle pas les calories aussi vite que ce que la plupart des gens pensent. Un kilogramme de graisse renferme presque 8000kcal, pour dépenser autant de calories, il faudrait courir pendant plus de 10 heures, ou marcher pendant plus de 20 heures…

En résumé : Le sport ne fait pas maigrir, mais il peut vous aider à accélérer la perte de poids en augmentant votre dépense énergétique. Pour un résultat optimal, je vous conseille vivement de vous occuper d’abord de votre alimentation, car c’est cette dernière plus que le sport qui va jouer un rôle très important dans la perte de poids.

4 – Les féculents font grossir

Céréales, légumineuses ou encore tubercules, le terme féculent regroupe beaucoup d’aliments différents. La plupart ont d’ailleurs mauvaise réputation (riz, pâtes, pommes de terre pour ne citer que les plus connus), accusés de « faire grossir », ils font souvent partie des premiers aliments totalement bannis dans la majorité des régimes.

Dire qu’un aliment fait grossir n’est pas très pertinent, car n’importe quel aliment, s’il est consommé de manière excessive, est susceptible de faire grossir.

Les féculents sont majoritairement constitués de glucides. Ces derniers, au même titre que les protéines ou les lipides, sont des macronutriments indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.
De plus, la fonction première des glucides est d’apporter de l’énergie, ils servent de carburant principal à l’organisme et représentent en général environ 50% de l’apport calorique total.

En résumé : Non les féculents ne font pas grossir. Il faut vraiment éviter de les supprimer totalement, et encore moins du jour au lendemain. Car comme nous l’avons vu dans le point n°2, cela va entraîner une restriction calorique brutale, ce qui n’est jamais bon, ni pour la santé, ni pour la perte de poids.
Au régime, il faudra effectivement réduire la quantité de glucides ingérée chaque jour, et cela passe forcément par une diminution de la quantité de féculents, mais cela doit se faire progressivement.

5 – Tout miser sur les aliments « brûle graisse » pour perdre du poids

Ananas, thé vert, pamplemousse, café, etc, vous avez certainement déjà entendu parlé de ces aliments censés « faire fondre la graisse » à vitesse grand V.
Comme c’est indiqué dans le point n°2, le régime va entraîner une baisse du métabolisme. Les aliments/molécules ayant des propriétés thermogéniques vont avoir pour rôle de « forcer » le corps à gaspiller de l’énergie au lieu de l’économiser.

Il y a 3 choses importantes à savoir sur ce type d’aliment :

  • la quantité de calories brulées grâce à l’ingestion de thermogéniques est relativement faible. Par exemple, on a mesuré que la prise de 200mg de caféine par des hommes augmente le métabolisme de 7% pendant 3 heures et augmente la température corporelle d’un demi-degré. Cela correspond à un « gaspillage énergétique » d’environ 100 calories par jour.
  • Il existe une synergie entre les thermogéniques et le sport. L’effet « brûle graisse » sera d’autant plus efficace que l’on pratique une activité physique réguliere.
  • Certains thermogéniques sont dits stimulants : la caféine par exemple. Attention donc aux personnes souffrant de problèmes cardiaques, d’hyper-tension, aux personnes agées, etc.

En résumé : Avant de commencer un régime, ne mettez pas tous vos espoirs dans les aliments/molécules dynamogéniques, vous risqueriez d’être déçu, ils n’ont rien de magique. Par contre, ils peuvent vous aider à accélérer légèrement la perte de poids, à condition qu’ils soient bien utilisés.

Si vous souhaitez lire la partie 2 de cet article, cliquez ici

Cette entrée a été publiée dans Diététique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *